Au commencement, était Jeff Pink

Jeff Pink

Fondateur et président de la marque ORLY international, Jeff Pink… et ses ongles

Avant d’entrer dans le vif du sujet, une petite présentation historique de cette discipline.

Le nail art, ou « art de décorer les ongles » remonte en fait au XIIIe siècle, et trouverait ses origines chez les Incas (bien que le vernis à ongles lui-même ait des ancêtres bien plus lointains encore, nous en reparlerons !).

Mais le nail art tel que nous le connaissons aujourd’hui est né avec l’invention de la « french manucure » en 1975, grâce à Monsieur Jeff Pink, fondateur de la marque Orly, qui avait souhaité faciliter la vie des pauvres actrices hollywoodiennes (alors obligées de changer de vernis plusieurs fois par jour pour accorder leurs ongles à leurs tenues), en créant une pose de vernis se voulant universelle.

Alors, la French manucure est-elle vraiment french? Absolument pas! Puisque Jeff Pink était américain. Son invention a cependant connu son succès par la suite en France, devenant synonyme de « l’élégance à la française ». Je vous proposerai plus tard un article détaillé spécialement dédié à la French.

17817.comment-realiser-une-french-manucure-chez-soi.w_1280.h_720.m_zoom.c_middle.ts_1339152170.

La traditionnelle « french manucure »

Par la suite, on a vu apparaître des ongles de toutes les formes, toutes les tailles, toutesl les couleurs, balayant toutes les nuances sur l’échelle de l’extravagant. C’est en Asie dans les années 1990 qu’a véritablement eu lieu le boom du nail art, surfant sur un concept, très à la mode au Japon, répondant au doux nom de « kawaii » (synonyme de « mignon » ou « adorable »), donnant naissance à des créations plutôt… disons surprennantes, et peu pratiques.

 the-3d-nail-art-fashion-show-simple-nail-designs3d-nail-artPour plus d’idées et d’infos sur le sujet  : http://manga.tv/blog/2012/11/nail-art/

Cependant, vous trouverez difficilement une esthéticienne ou artiste française qui acceptera de vous faire une telle manucure, à quelques exceptions, moyennant un prix exorbitant bien évidemment.

Aujourd’hui, le concept a fait son chemin dans les pays anglo-saxons (et plus particulièrement aux Etats-Unis), et arrive doucement en Europe, où il se heurte malheureusement encore trop souvent à une opinion qui l’associe à la superficialité, voire parfois même à la vulgarité. Mais les moeurs se délient lentement, et on voit apparaître un peu partout, et de plus en plus dans des boutiques non sépcialisées, comme les grandes surfaces (ça aussi, nous en reparlerons) des kits pour un nail art « homemade », s’adressant à un public de plus en plus large. À quand un vrai nail art made in France?

Publicités